L’importance d’un lieu de travail compatible avec la migraine

En tant que migraineux, nous devons souvent jongler avec les exigences d’une famille, d’un travail et des crises de migraine (en plus des autres responsabilités que la vie nous impose). Ces trois facettes ne sont pas indépendantes les unes des autres et il est important de se rappeler que vous ne devez pas en sacrifier une au détriment d’une autre, surtout si vous souhaitez vous épanouir dans votre carrière.

Votre environnement et la migraine


Saviez-vous que le type d’environnement dans lequel vit et travaille un migraineux peut affecter la fréquence des crises de migraine ? Il existe de nombreux déclencheurs de crises de migraine qui varient d’une personne à l’autre. Cela signifie que ce qui peut déclencher une crise de migraine chez certains peut ne pas la déclencher chez d’autres.

Nous pouvons également observer le même phénomène avec les symptômes de la migraine. Les gens ressentent des symptômes différents et l’environnement dans lequel vous vous trouvez peut influencer directement ces déclencheurs et ces symptômes.

Déclencheurs courants sur le lieu de travail


Stress : bien que les gens aient généralement des déclencheurs différents, un déclencheur qui semble universel est le stress, et c’est quelque chose qui ne peut être évité dans tout type de lieu de travail. En fait, le stress est le principal déclencheur enregistré dans plus de 3,9 millions d’entrées de crises dans l’application Migraine Buddy.

La lumière des écrans d’ordinateur : la lumière bleue excessive émise par nos appareils n’est pas seulement directement impliquée dans les crises de migraine, mais peut également affecter la qualité de notre sommeil [1, 2]. Par conséquent, nous finissons par lutter contre des nuits de mauvais sommeil, ce qui augmente alors le risque de crise migraineuse.

Un éclairage ambiant intense : dans de nombreux bureaux, des lampes fluorescentes sont utilisées pour maintenir un environnement lumineux et optimal pour la productivité. Malheureusement, ce n’est pas la configuration la plus adaptée pour beaucoup d’entre nous qui souffrent de migraine et cela a même l’effet inverse de diminuer la productivité. Dans Migraine Buddy, plus de 60 000 utilisateurs ont signalé que les “lumières vives” étaient l’un des déclencheurs de leurs migraines !


Le bruit : dans les environnements de travail dynamiques où il faut parler bruyamment ou si la nature de votre travail exige un contact étroit avec des machines bruyantes, l’exposition prolongée à des sons élevés peut être une source de migraine, surtout si vous êtes particulièrement sensible aux sons.

Odeurs intenses : ce phénomène est atypique dans les environnements de bureau, mais s’applique davantage à ceux qui travaillent dans des lieux tels que les laboratoires, les hôpitaux, les usines ou les industries mécaniques, où de fortes odeurs chimiques font inévitablement partie du travail.


Une mauvaise posture assise : pour beaucoup d’entre nous qui pratiquent le travail à distance, il se peut que vous soyez assis toute la journée sur une chaise qui n’est pas assez ergonomique. Au fil du temps, cela entraîne une mauvaise posture assise et vous pouvez même développer des douleurs au niveau des muscles du cou.

Épuisement physique : la nature de certains emplois exige que l’on soit toujours debout et certains emplois sont plus exigeants physiquement que d’autres. De longues heures de travail sans repos suffisant peuvent conduire à l’épuisement physique et même au burnout, un phénomène qui devient malheureusement très courant dans notre monde au rythme effréné. Plus de 70 000 enregistrements de crises dans Migraine Buddy ont indiqué une forme d’épuisement ou de fatigue comme déclencheur !

L’environnement peut également jouer un rôle direct dans l’aggravation des symptômes d’une crise de migraine. Un symptôme qui semble être ressenti par beaucoup pendant une crise est une sensibilité accrue à la lumière et au son.

Avec une sensibilité accrue aux lumières vives et aux sons forts, tout semble 10 fois plus douloureux que d’habitude. Les plafonniers fluorescents peuvent donner l’impression qu’une torche vous brûle l’orbite de l’œil, et les sons de la frappe au clavier peuvent donner l’impression qu’un concert de rock se déroule dans les tympans.

Les défis


Les défis auxquels la communauté migraineuse est confrontée sur le lieu de travail sont intrinsèquement différents et les employeurs jouent un rôle important dans la réponse aux besoins de cette communauté, sans quoi “l’entreprise pourrait perdre un montant astronomique de 2 000 dollars par employé et par an”, comme l’a indiqué le Dr David Dodick, président de l’IHS-GPAC [3].

En outre, le présentéisme (présence au travail mais avec une productivité réduite) pourrait avoir un impact plus lourd que l’absentéisme (absence du travail) – ceci a été décrit dans une analyse descriptive du fardeau de la migraine : “…] sur une base annuelle, les patients ont perdu en moyenne 4,4 jours de travail, mais ont travaillé avec une productivité réduite pendant 11,4 jours supplémentaires” [4, 5].

Au fil des ans, les migraineux ont trouvé divers moyens de gérer les déclencheurs et les symptômes de la migraine au travail. Il peut s’agir de supprimer ou d’ajuster les paramètres physiques qui figurent sur votre liste de déclencheurs.

Cela dit, il faut évidemment chercher à créer un environnement de travail aussi favorable que possible à la migraine pour une meilleure productivité. Toutefois, cela peut s’avérer plus difficile si vous travaillez dans des environnements plus dynamiques, sans bureau ni horaires réguliers. Ce sentiment est repris dans certaines études sur les effets du travail posté sur la migraine, par exemple chez les professionnels de la santé [6 – 9].

Dans notre prochain article, nous vous présenterons quelques-unes des façons dont vous pouvez protéger votre environnement de travail contre la migraine et, espérons-le, contribuer à réduire les risques de migraine au travail. Restez à l’écoute !

References

[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6288536/

[2] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5473809/

[3] https://www.ehstoday.com/health/article/21120291/increasing-awareness-of-effect-of-migraine-on-workforce-and-employers

[4] https://thejournalofheadacheandpain.biomedcentral.com/articles/10.1186/s10194-020-01144-z

[5] https://thejournalofheadacheandpain.biomedcentral.com/articles/10.1186/s10194-019-0993-0

[6] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4668247/

[7] https://headachejournal.onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/head.13622

[8] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28042740/

[9] https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32515906/

Jenny from Migraine Buddy
Love

Vous aimerez aussi

Open
Retourner au blogue

Entrer votre numéro de mobile pour recevoir le lien de téléchargement de l’application